Les loges

L'atelier, ou loge, est la cellule de base de l'Obédience. Elle est le lieu de rencontre et de travail privilégié où des hommes et des femmes éprouvent le besoin de confronter leurs expériences. La diversité d'origine et de provenance de ses membres, la mixité des ateliers, la pratique de la liberté absolue de conscience font l'originalité de la Grande Loge Mixte Universelle. Ce sont les loges et le travail qu’elles produisent qui font de l’obédience ce qu’elle est. La force de notre obédience repose sur l’affirmation de nos spécificités, ainsi que la mise en cohérence des énergies de tous, à partir des lignes tracées par nos valeur fondamentales.

Chaque loge est une loge libre respectant les principes et les règles que s’est fixés l’obédience, c’est-à-dire l’ensemble des loges. Tous les ans, elles se réunissent en Convent (l'assemblée générale des délégués des loges) pour débattre des questions d'intérêt général et, à partir de rapports, pour rendre compte des thèmes qui ont fait l’objet d’un travail dans le courant de l'année. Le couvent fixe les orientations de l’obédience.

Les sujets débattus dans les loges témoignent de leur variété et de leur éclectisme. Ils varient suivant l'esprit de l'atelier et la compétence de ses membres. Par le travail de réflexion qu'ils élaborent et la confrontation des idées, les frères et sœurs sont, à leur manière, les artisans volontaires d'une formation personnelle et collective enrichissante dont chacun témoigne à l’extérieur dans sa façon d'être, dans son métier ou dans sa vie sociale.

La vie maçonnique n'est pas une fin en soi, et la loge n'est ni un club de réflexion neutre, ni une assemblée de rhéteurs. Elle est une association d'hommes et de femmes libres qui affirment leur conviction et font des propositions. Le repli sur soi, la recherche d'un abri préservé du tumulte de la vie profane sont non seulement une illusion mais aussi une déviation de l'idéal maçonnique.

Les loges maçonniques ne sont pas des refuges pour les indécis, les angoissés, les désemparés. Elles sont des lieux où l'on critique, où l'on conteste, où l'on propose. En effet, l'engagement maçonnique implique la nécessité de ne se couper ni du développement des connaissances, ni des questions qui se posent au monde d'aujourd'hui.